Forum du transport aérien.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 bientôt la privatisation

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
AVION
A380
avatar

Nombre de messages : 812
Age : 46
Localisation : Paris
Date d'inscription : 03/04/2006

MessageSujet: bientôt la privatisation   Jeu 12 Oct - 16:11

AEROPORTS FRANCAIS
En Bref…
L’aéroport de Toulouse-Blagnac ne sera
plus géré à partir de mars 2007 par la
chambre de commerce et d’industrie (CCI)
de Toulouse, mais par une société de droit
privé à conseil de surveillance et
directoire. Il sera le premier des aéroports
à changer de statut en vertu de la loi du 20
avril 2005 qui concerne les 8 platesformes
de Nice, Lyon, Marseille, Toulouse,
Bordeaux, Nantes, Strasbourg et
Montpellier. (Les Echos, 12/10)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
shark1
A380


Nombre de messages : 841
Age : 42
Localisation : Toulouse
Date d'inscription : 27/06/2004

MessageSujet: Re: bientôt la privatisation   Jeu 12 Oct - 21:16

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
gaz et chaleur
CRJ


Nombre de messages : 4
Date d'inscription : 10/10/2006

MessageSujet: Re: bientôt la privatisation   Mar 24 Oct - 20:55

[quote="AVION"]AEROPORTS FRANCAIS
En Bref…
L’aéroport de Toulouse-Blagnac ne sera
plus géré à partir de mars 2007 par la
chambre de commerce et d’industrie (CCI)
de Toulouse, mais par une société de droit
privé
Bonsoir Monsieur Very Happy
A votre avis, la stratégie du nouvel gestionnaire de TLS sera la méme que celle de la CCI ? : confused
Pour ma part, j'ai regreté le départ de l'aeroport d'un voyagiste qui s'est installé"en ville" avec tous les inconvenients que cela comporte pour l'usager. Boulet
Ce depart faisant suite (parait-il )a un désacord avec la CII sur le loyer du local utilisé par le dit voyagiste scratch
Cordialement Gaz et chaleur
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
shark1
A380


Nombre de messages : 841
Age : 42
Localisation : Toulouse
Date d'inscription : 27/06/2004

MessageSujet: Re: bientôt la privatisation   Mer 25 Oct - 8:58

Ca veut dire quoi ce dernier message ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
shark1
A380


Nombre de messages : 841
Age : 42
Localisation : Toulouse
Date d'inscription : 27/06/2004

MessageSujet: Re: bientôt la privatisation   Sam 10 Fév - 18:11

Et on continue d'en parler :
http://www.ladepeche.com/aff_art.asp?ref=200702082199&mots=a%E9roport

ÉCONOMIE. BERNARD KELLER DÉNONCE LA MISE À L'ÉCART DE LA VILLE DE BLAGNAC DE LA FUTURE SOCIÉTÉ ANONYME QUI GOUVERNERA LA PLATEFORME.
« Hold-up sur l'aéroport »

Vous retrouverez l'infographie Les chiffres de l'aéroport de Blagnac en téléchargement sur l'édition de la Dépêche du Midi du jour au format éléctronique (PDF) en savoir plus

La privatisation de l'aéroport Toulouse-Blagnac est en marche. Courant mars sans doute, la structure aura achevé sa mue et sera prête à être livrée à l'appétit des investisseurs privés. Il appartiendra alors à l'État de choisir le moment opportun pour monnayer, en cas de besoin pécuniaire, la copieuse part du gâteau capitaliste qu'il s'est attribué dans la société anonyme (SA) « Aéroport Toulouse-Blagnac » en cours d'élaboration.

Deux ans après le vote des députés qui ont approuvé sans ciller l'article 7 de la loi du 20 avril 2005, Toulouse-Blagnac sera le premier des huit grands sites AÉROPORTuaires français à s'être mis en conformité avec le projet de réforme du gouvernement. Assurée jusqu'à présent par la Chambre de commerce et d'industrie de Toulouse (CCIT), la gouvernance de l'aéroport sera confiée, dans les prochaines semaines, à une société anonyme (SA) dont le capital sera détenu à 60 % par l'État, à 25 % par la CCIT, et à 15 % par les collectivités locales (conseil régional, conseil régional et Grand Toulouse à hauteur de 5 % chacun).
1. « UN HOLD-UP TERRITORIAL »

Bernard Keller est furieux. Le maire de Blagnac constate que sa ville, sur laquelle s'étale la moitié des installations AÉROPORTuaires (575 ha à Blagnac, 317 ha à Colomiers, 217 ha à Cornebarieux et 188 ha à Toulouse) ne siège pas au conseil de surveillance de la future société anonyme. L'élu radical conclut sans nuance « à la provocation, au hold-up territorial et à l'injustice. De toutes les collectivités, la ville de Blagnac est celle qui a manifesté le soutien le plus vigoureux au secteur aéronautique. Comme l'ensemble du conseil municipal, j'estime qu'elle doit siéger de droit », s'indigne Bernard Keller.
2. « UNE DÉRIVE LIBÉRALE »

Le maire de Blagnac ne cautionne pas davantage le futur modèle capitaliste de l'aéroport sous pavillon « société anonyme ». « Pourquoi ne pas avoir privilégié d'autres formules comme la délégation de service public ou le transfert des compétences de gestion à une société d'économie mixte (SEM) qui aurait permis, en cas de désaccord à échéance du contrat avec le lauréat du marché en cours, de choisir un autre opérateur ? », interroge Bernard Keller. Il se serait éventuellement satisfait de la solution « SA » à condition qu'une minorité de blocage de 33 % du capital ait été confiée aux collectivités locales. « Le gouvernement ne fait pas vraiment mystère de son intention de vendre, d'ici à 2013, sa part du capital. Quand le secteur privé - des fonds de pension américains par exemple - s'en sera emparé, il détiendra la majorité et tous pouvoirs de décision », prévient l'élu de la Blagnac. « Le gouvernement impécunieux vend les bijoux de famille et repousse les limites du libéralisme. Même les États-Unis s'interdisent d'extraire leurs AÉROPORTs, du giron public. Ils ont compris qu'il s'agit d'équipements stratégiques. Pas nous… ».
3. « ERREUR POLITIQUE »

Bernard Keller estime que l'attitude de mépris manifestée à l'égard de la ville de Blagnac dans cette affaire est une erreur politique. « Sentimentalement, l'aéroport appartient au patrimoine des Blagnacais qui sont ostensiblement tenus à l'écart de la future gouvernance de la plateforme. Qu'on le veuille ou non pourtant, l'avenir de l'aéroport ne peut pas se concevoir sans la ville de Blagnac. L'objectif de futurs actionnaires privés consistera naturellement à améliorer la profitabilité de la structure. Or, la croissance du trafic ne sera obtenue qu'au prix d'investissements obligatoires dans des silos de stationnement pour les voitures, ou le développement des dessertes de transport collectif par exemple. Toutes choses sur lesquelles la mairie de Blagnac doit nécessairement être consultée ».

À bon entendeur… Une administration municipale tatillonne sur les permis de construire, une éventuelle modification du plan local d'urbanisme (PLU) et une politique économique locale moins bienveillante pourraient contrarier les projets de développement de l'aéroport.

Lionel Laparade
Risque de crise politique au conseil du Grand Toulouse

Dans ce lieu de consensus où l'intérêt communautaire transcende habituellement les clivages gauche/droite classiques, Bernard Keller (PRG), maire et conseiller général de Blagnac, est prêt à aller au clash. À la demande du préfet de Haute-Garonne, le conseil du Grand Toulouse qui se réunit ce vendredi sera appelé à désigner son représentant au Conseil de surveillance de la future société anonyme (SA) de l'aéroport Toulouse-Blagnac. « L'assemblée communautaire n'a objectivement aucune raison de hâter cette élection qui peut aisément être suspendue. Il suffit de surseoir à statuer, en attendant l'arbitrage de Dominique Perben auquel j'ai sollicité l'attribution d'un siège à la ville de Blagnac dans le Conseil de surveillance », déclare Bernard Keller, qui déposera lui-même une requête en ajournement pour cette délibération. Sera-t-il entendu ?L'élu radical l'espère. « En vertu des principes de solidarité qui guident théoriquement l'action politique d'une assemblée intercommunale, le Grand Toulouse ne doit pas faire la sourde oreille à ma demande, sauf à décider d'agir contre les intérêts de la ville de Blagnac, sur fond de règlement de comptes politiques », suggère Bernard Keller. Il précise d'ailleurs que « ce lundi 5 février, le conseil municipal de Blagnac s'est réuni spécialement pour exiger, par délibération, l'attribution d'un siège de droit à la ville site dans le conseil de surveillance de la future SA de l'aéroport. Le texte a été voté à l'unanimité, toutes tendances confondues», insiste le maire, qui veut y voir le signe annonciateur de l'attitude de sagesse politique à laquelle devrait se ranger le Grand Toulouse.

Mais l'inverse peut aussi se produire. «Dans cette hypothèse, pronostique Bernard Keller, j'imagine que Philippe Douste-Blazy pourrait se présenter pour siéger au conseil de surveillance de la SA de l'aéroport. je l'avertis: s'il est candidat, je le serai aussi.Mathématiquement, le rapport de force entre droite et gauche au conseil d'agglomération lui donne l'avantage. Mais une fois la procédure de désignation accomplie et sa victoire acquise, il sera dit que la grossemétropole toulousaine a, d'une certaine manière, rompu son pacte de solidarité avec les autres communes, plus petites, de l'agglomération, que pour de basses considérations politiciennes, la droite a utilisé sa puissance de feu pour écraser la gauche. Il s'agirait d'un grave précédent de nature à provoquer une double crise, de confiance, et politique, au sein de l'assemblée du Grand Toulouse», prévient enfin Bernard Keller.

L.L.
POINT DE VUE
« Le trafic est appelé à doubler d'ici à 2030 »

Estimé à 110 avions qui décollent et atterrissent actuellement chaque jour, le trafic sur les pistes de l'aéroport de Blagnac est appelé à doubler d'ici à 2030. Une croissance d'activité théorique que des investisseurs privés s'appliqueraient naturellement à convertir en pratique si l'État, comme il l'envisage, cède sa part du capital de la plateforme.

« Sous l'impulsion d'actionnaires attachés au principe du retour rapide sur investissement, le seuil des 12 millions de passagers annuels pourrait être atteint plus tôt que prévu », estime-t-on à l'aéroport, où l'on rappelle qu'à ce jour, « la plateforme n'a pas vocation à remplir les poches de ses gestionnaires. Nous sommes toujours dans une logique de service public… ».

Si ce scénario de croissance exponentielle du trafic se confirme, obligation sera faite à la région d'accélérer sa réflexion sur la création d'un deuxième AÉROPORT.

« En toute hypothèse, le site actuel de Blagnac sur lequel des investissements sont programmés, plafonnera à environ 15 millions de passagers par an. Il paraît donc nécessaire de geler le foncier sur lequel sera implanté le futur AÉROPORT d'ici à la fin de la décennie. Ensuite, la construction s'étalera sur un délai de sept à dix ans, pour une livraison de la structure AÉROPORTuaire aux alentours de 2030. Reste à déterminer le lieu… », conclut-on à l'aéroport de Blagnac, manifestement condamné à moyen terme.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: bientôt la privatisation   

Revenir en haut Aller en bas
 
bientôt la privatisation
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Bientôt un breton de plus??
» C'est pour bientôt...
» C'est bientôt Pâques ! (ponte cynops pyrrhogaster)
» Pouliche pie de bientôt 2 ans (le 3 juin)
» Le cacao bientôt en voie de disparition

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Capaero.net :: Les aéroports :: Toulouse Blagnac-
Sauter vers: